Lave


Je vais,

Sur l'or même,

Encore

Fondre la lave

De ma langue.

Sur l'épaule

De mon ombre

De lourdes cloches d'airain

Aux parfums

D'ambre brûlée.

Je vais servir

Ces paroles nacrées

Tel Vulcain sous la croûte terrestre,

Cratère recroquevillé

Sur lui même.

Coulée tendre d'amaryllis douces,

Gorgée d'améthyste rousse,

La Louve assise

Guette leur parfum.

« - Ceci est mon jardin »

Se dit-elle

Dans un souffle.

Pascale Lazarus, janvier 2017

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player